STEVA artiste peintre

"Le monde est plus beau en couleur !"

STEVA artiste peintre

enfance

  • Retour aux sources: mes racines...

    C'est un bonheur pour moi de vivre dans mon nouvel environnement!

    Vivre ici dans ce hameau de la commune de Plouégat-Guerrand à 15 km de Morlaix (10mn en voiture) c'est retrouver le calme au milieu des champs. Nous sommes aussi à quelques kilomètres des plages de Plestin-les-Grèves et de Locquirec.

    Mon compagnon est agriculteur. La maison était suffisamment grande pour y accueillir mon espace atelier/bureau sous les toits.

    Nous aménagerons plus tard la salle d'expo. En attendant, je suis heureuse de pouvoir travailler dans la calme et la sérénité. J'ai pu aussi aménager un bureau ainsi qu'un espace de stockage pour les toiles.

    Vivre ici, c'est aussi renouer avec mes racines. Mes parents étaient agriculteurs à Botsorhel, petite commune de 470 âmes environ. J'avais 7 ans quand ils ont loué leur ferme. J'y ai vécu toute mon enfance. C'est là que j'ai commencer à peindre mes premiers paysages à la gouache "sur le motif..

    "L'adulte que je suis n'a jamais oublié l'enfant qu'il fut..." . Je sais l'importance des racines!

    Petit méli-mélo de photos...

    "Lostanvern Botsorhel", gouache 1976

    Enfance lostanvern

    "La Diva s'en va aux champs", huile... 2018

    Enfance vaches 1

    008 10

    Mon bureau

    Ma nouvelle maison "aux myosotis" (l'une de mes fleurs préférées!)

    La maison aux myosotis

  • S'émerveiller encore!

    Legerete 40x30 cm technique mixte 2015

    On m'a souvent reproché mon côté enfantin.

    Je l'avoue, je ne cherche pas à faire trop adulte, trop sérieux.

    Je revendique ce point de vue. Je pense que cet état d'esprit me permet de m'exprimer avec une apparente légèreté même si au fond de moi,  je demeure parfaitement consciente de mon époque.

    Il ne se passe pas un jour sans que je pense à l'état actuel du monde. C'est sûrement pour cela que j'aime à me réfugier dans un univers que je construis en peignant. Dans mon monde à moi, tout le monde est heureux!

    Les dernières images d'horreur que j'ai en tête sont celles du reportage "Envoyé spécial" diffusé jeudi 8 février sur la 2. C'est un exemple parmi d'autres.  Les enfants yéménites,  survivants solitaires au milieu des décombres d'une ville dont je n'ai pas retenu le nom , des êtres humains comme nous, oubliés de tous, de l'Europe qui n'a aucun intérêt à prendre position là-bas, si ce n'est la vente d' armes...

    Des reporters vont sur place pour filmer ça et nous devenons témoins "voyeuristes "de cette infamie... 

    Des enfants se meurent sous leurs eux, ils filment ... Nous regardons ces images, impuissants, consternés, outrés,dégoûtés...

    Il y a tant de causes à défendre partout dans le monde. A titre individuel nous ne pouvons que nous révolter. Que font les états?

    L'argent mène le monde, nous le savons tous. Les causes à défendre sont celles qui directement ou indirectement "nous" serons profitables.

    Terrible constat.

    Alors, moi je peins parce que je ne sais pas me battre autrement.

    Chaque toile est une méditation sur l'état du monde. Il ne sert à rien de peindre le malheur.

    C'est pourquoi je vous propose du rêve...

    C'est mon point de vue. 

     

  • Nature, quand tu nous tiens!

    En ce début d'année, mon inspiration se tourne à nouveau vers la nature. 

    Je délaisse donc quelques temps (mais vous savez que je ne suis aucune règle!) mes architectures improbables et autres oeuvres d'imagination.

    Ces quelques voyages que j'ai pu faire ces derniers temps m'ont reconnectée à l'essentiel: la vie autour de nous dans sa plus grande simplicité, au naturel.

    Les sujets ne manquent pas. Du petit rouge-gorge effarouché entrevu dans un parc à la roulotte (oui encore elle!) perdue dans un bois...

    Rouge-gorge; 38x46 cm, huile

    Je rajoute aussi cette toile de la même série. Elle s'est ajoutée à une commande.

    Un reportage photographique dans la propriété, à la base une commande concernant le "portrait" de la maison familiale.

    J'ai recomposé cette toile à partir des éléments vus: la cabane dans l'arbre construite par le papa, les épouvantails, le tipi...

    J'ai adoré la sérénité qui se dégageait du lieu!