STEVA artiste peintre

"Le monde est plus beau en couleur !"

STEVA artiste peintre

imagination

  • "Images pour rêver," exposition Steva Locquirec

    « Images pour rêver » : une exposition à regarder avec vos yeux d'enfant!

    Affiche expo Locquirec juillet 2018

    Le rêve offre d'autres possibles à explorer.

    Plus rien n'a de limite : ni le temps, ni l'espace. Cet état de conscience, généralement en lien avec le sommeil nous permet de surmonter tous les obstacles.

    L'imagination quant à elle est bien ancrée dans la réalité au départ. Elle suppose un effort de relâchement. Son fonctionnment est souvent étrange et mystérieux. Elle varie d'un individu à l'autre. Jung, philosophe et psychiatre Suisse a étudié ce phénomène en créant la méthode thérapeutique dite imagination active. Sans rentrer dans les détails, il s'agit de ramener à la conscience des images émanant des rêves, de s'en servir thérapeutiquement.

    La création artistique relève de ce mécanisme plus ou moins conscient.

    Ces « images pour rêver » que je vous propose sont en lien avec ce mécanisme dont je me sers depuis toujours de manière naturelle.

    Il n'est point besoin d'ailleurs d'être un as en psychologie pour appréhender ce phénomène !

    Je vous offre de regarder ces œuvres avec les yeux d'un enfant, l'enfant que vous fûtes comme moi, comme nous tous. Oubliez que vous êtes une « grande personne » !

    J'ai choisi dans mon art de rester en lien avec l'enfant que je fus naguère.

    L'enfant s'exprime librement, sans contrainte.

    Dessiner est d'ailleurs pour lui une chose fort sérieuse ! Tous les parents, enseignants, tuteurs le savent bien.

    Bon voyage au fil des images rêvées !

    Steva

     

  • S'émerveiller encore!

    Legerete 40x30 cm technique mixte 2015

    On m'a souvent reproché mon côté enfantin.

    Je l'avoue, je ne cherche pas à faire trop adulte, trop sérieux.

    Je revendique ce point de vue. Je pense que cet état d'esprit me permet de m'exprimer avec une apparente légèreté même si au fond de moi,  je demeure parfaitement consciente de mon époque.

    Il ne se passe pas un jour sans que je pense à l'état actuel du monde. C'est sûrement pour cela que j'aime à me réfugier dans un univers que je construis en peignant. Dans mon monde à moi, tout le monde est heureux!

    Les dernières images d'horreur que j'ai en tête sont celles du reportage "Envoyé spécial" diffusé jeudi 8 février sur la 2. C'est un exemple parmi d'autres.  Les enfants yéménites,  survivants solitaires au milieu des décombres d'une ville dont je n'ai pas retenu le nom , des êtres humains comme nous, oubliés de tous, de l'Europe qui n'a aucun intérêt à prendre position là-bas, si ce n'est la vente d' armes...

    Des reporters vont sur place pour filmer ça et nous devenons témoins "voyeuristes "de cette infamie... 

    Des enfants se meurent sous leurs eux, ils filment ... Nous regardons ces images, impuissants, consternés, outrés,dégoûtés...

    Il y a tant de causes à défendre partout dans le monde. A titre individuel nous ne pouvons que nous révolter. Que font les états?

    L'argent mène le monde, nous le savons tous. Les causes à défendre sont celles qui directement ou indirectement "nous" serons profitables.

    Terrible constat.

    Alors, moi je peins parce que je ne sais pas me battre autrement.

    Chaque toile est une méditation sur l'état du monde. Il ne sert à rien de peindre le malheur.

    C'est pourquoi je vous propose du rêve...

    C'est mon point de vue. 

     

  • Le Guerrier de la Paix©: la route de la désillusion...

    Guerrier de la paix 80x80 1

    "Le guerrier de la paix", huile sur toile 2017, 80x80 cm. Réservée.

    La route

    J'ai souvent l'impression de n'être pas comprise.

    Les paradoxes que soulignent ma personnalité me font sentir parfois marginale. En fait, je pense que nous oscillons tous constamment entre  deux tendances de nos êtres qui nous font douter si souvent de nous-mêmes et des autres ... 

    Pourtant s'il est une chose qui me tient à coeur c'est bien celle-là: être fidèle à ses convictions.

    Cet état d'esprit me fait explorer les voies de l'imaginaire pour tenter d'exprimer parfois de manière un peu décalée les sujets qui me préoccupent.

    En avril dernier, j'ai commencé à peindre "mon guerrier de la paix".

    Il manquait de conviction techniquement et formellement.

    Je viens donc de le reprendre et j'ai travaillé au couteau le casque qu'il porte.

    Cette oeuvre est un peu marginale. Je l'ai voulue ainsi: exprimer les paradoxes de l'être humain à travers une "image picturale".

    Notre époque d'incertitude me fait peur, l'avenir me fait peur. Pardonnez-moi ce "je" mais il se réfère uniquement à la créatrice que je suis.

    -D'ailleurs "créatrice" me semble plus approprié "qu'artiste" qui ne veut pas dire grand chose en soi (mais cela est un autre débat).

    Le personnage que j'ai peint,  par son expression, suggère une cause perdue. Il semble désabusé...

    Son regard fuyant semble nous dire "A quoi bon ?"

    L'homme,  s'est cru le maître du monde... Oubliant qu'il n'est qu'un infime maillon du Grand Tout.

    La Terre, le Cosmos lui survivront...  

    Nous sommes si peu de choses finalement, "microbes" vaniteux luttant pour le pouvoir et l'argent ayant cru dominer nos semblables et le monde...

    Triste constat!

    Allez... La route continue... Un peu plus crevassée de jours en jours... Mais ça, ça fait bien longtemps que je le sais...

    Première toile  présentée en galerie à Paris en 1988 "La route""© ou la destinée de l'homme....

    Je viens de retoucher la toile qui avait était abîmée. 

    Avec tout ça, nous continuons notre chemin vaille que vaille parce que nous sommes là et que nous n'avons rien demandé.

    Je continuerai quoiqu'il en soit à colorer modestement mes toiles de rêve et de poésie car c'est la seule  chose que je "sais" faire.